Témoignages des Beatles et de célébrités
Imprimer Partager Envoyer
C'était l'Inde, la méditation est une bonne chose et produit l’effet escompté. Comme la gymnastique ou le brossage des dents, ça marche.
...
On est toujours cent pour cent en faveur de la méditation - JOHN

Toujours à cent pour cent en faveur de la Méditation (The Beatles Anthology p286) | Bienfaits Méditation

PAUL : Quand les gens demandent : « Il ne mettait pas son fric dans une banque suisse ? », je réponds que je ne l'ai jamais vu autrement que vêtu de la même pièce de coton. Je ne l'ai jamais vu décemment habillé. S'il avait fait ça pour l'argent, on aurait pu penser le surprendre en train de foncer au volant d'une Rolls vers une boîte de nuit de Delhi. Mais il passait son temps à méditer dans sa cabane, vêtu de sa seule pièce d'étoffe. Et je pensais : « On ne peut pas le démolir pour ça ».

Un jour qu'on était tous assis autour de lui, il nous a demandé quelle marque de voiture acheter. « Une Merc', Maharishi. Mercedes, très bonne voiture », lui a-t-on répondu. - « Pratique ? Solide ? Roule bien ? » - « Oui. » — « Bon, nous devrions dans ce cas acheter une Mercedes ». Il parlait d'une seule voiture, pas de millions. Et nous participions à la discussion. Il n'a pas demandé : « Quelle est la voiture la plus tape-à-l’œil, celle qui attirera toutes les nanas ? ». Il a demandé : « Qu'est-ce qui est pratique ? ». Il était comme ça.

Je me suis dit : « Où est le problème ? Ce n'est pas un dieu, ce n'est pas un prêtre. Il n'y a dans sa religion aucune règle qui lui interdise de draguer. Il est humain, après tout. Il nous a seulement enseigné un système de méditation ».

John a écrit « Sexy Sadie » pour dire ce qu'il avait sur le cœur. C'était un commentaire voilé sur toute l'histoire. Personnellement, je ne crois pas que Maharishi ait tenté le coup. Ce n'était pas son genre, je crois. Je me suis, depuis, posé la question : « Comment s'y prendrait un maharishi pour tenter de séduire une fille ? » Ce n'est pas facile. Je crois que rien de tout ça n'est arrivé. J'ai bien aimé Rishikesh, c'était une bonne expérience.

NEIL ASPINALL : Je suis allé les voir à Rishikesh, mais uniquement pour les empêcher de faire un film. Quelqu'un avait suggéré qu'ils fassent un film avec le Maharishi. Je ne suis pas très sûr de ce que ça devait être, mais ils avaient un contrat pour trois films United Artists et ils n'avaient fait alors que Help ! et Quatre garçons dans le vent.

Je suis allé là-bas avec Denis O'Dell. J'y suis resté une semaine et suis rentré avec Paul et Jane Asher, laissant John, George et leurs femmes à Rishikesh il rentrés plus tard.

PAUL : On l'a pris pour plus qu'il n'était. C'était un homme, alors que l'espace d'un instant, on a pensé qu'il n'était pas humain.

JOHN : On a fait une erreur, là. On croit en la méditation, mais pas au Maharishi et à son univers. C'est une erreur privée que nous avons commise en public. Je crois que l'on avait une impression fausse du Maharishi, de même que les gens ont une fausse image de nous. Nous sommes, nous, sur la scène publique, c'est donc un monde un peu différent.

On l'a pris pour ce qu'il n'était pas. On était à la recherche de quelque chose, et on l'a probablement reporté sur lui. On attendait un gourou, il était là. Mais il créait le même genre de situations que celles auxquelles il prétend remédier.

C'était l'Inde, la méditation est une bonne chose et produit l’effet escompté. Comme la gymnastique ou le brossage des dents, ça marche. Mais là-bas, on en a terminé avec cet épisode. Je crois qu'on voit aujourd’hui le Maharishi avec un peu plus de distance, parce qu'on est aussi naïf que tout un chacun. Mais je ne dirais pas : « Ne méditez pas ».

Nous sommes toujours cent pour cent en faveur de la méditation

Nous sommes toujours cent pour cent en faveur de la méditation, mais on ne va pas devenir dingues et construire un temple doré dans l'Himalaya. On aidera à l’endroit et au moment où on le pourra - tout ne se fait pas du jour au lendemain. Mais on ne va pas se ruiner pour cela. Il existe d'autres moyens de soutien.

RINGO : PARFOIS, QUAND JE SUIS EN VOITURE, JE FERME LES YEUX ET JE MÉDITE - C'EST MON CHAUFFEUR QUI CONDUIT !

JOHN : Je ne regrette rien [à propos de] la méditation, j'y crois encore et la pratique à l'occasion. Je ne regrette rien de tout ça. Je ne regrette pas d’avoir pris des drogues, elles m'ont aidé. Je ne fais pas de prosélytisme, je crois que ce n'est pas bien. Mais ça m'a fait du bien, l'Inde m'a fait du bien. Et j’ai rencontré Yoko juste avant de partir ; j'ai eu beaucoup de temps là-bas pour réfléchir. Trois mois à ne rien faire d'autre que méditer et réfléchir. Je suis rentré à la maison et suis tombé amoureux de Yoko. Cela a mis un point final à tout ça. Et c'est magnifique.

JE NE SAIS PAS À QUEL NIVEAU SE SITUE LE MAÎTRE, MAIS ON A PASSÉ DE CHOUETTES VACANCES. ON EST REVENUS FRAIS ET DISPOS POUR JOUER AUX HOMMES D'AFFAIRES

The Beatles in India - The anthology Photo

The Beatles « The Beatles Anthology par les Beatles », SEUIL, Oct 2000, p. 286
Paul Saltzman « The Book », Disponible sur : <thebeatlesinindia.com/>

The Book The handcrafted, Limited Edition box set The Beatles in India is a must-have for every Beatles collector. Includes an insider’s view of that magical time in the ashram. Learn More The Photos 35 unique pictures uncover the most creative period in the life of the world’s biggest band. See the Beatles ...